Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie). Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Moritz Mohr
Boy Kills World
Sortie du film le 03 juillet 2024
Article mis en ligne le 8 juillet 2024

par Julien Brnl

Genre : Action, thriller

Durée : 105’

Acteurs : Bill Skarsgård, Famke Janssen, Jessica Rothe, Michelle Dockery, Isaiah Mustafa, Yayan Ruhian, Andrew Koji...

Synopsis :
Boy est un sourd-muet à l’imagination débordante. Lorsque sa famille est assassinée, il s’échappe dans la jungle et est entraîné par un mystérieux chaman à réprimer son imagination enfantine et à devenir plutôt un instrument de la mort.

La critique de Julien

"Boy Kills World", c’est le premier film réalisé par le cinéaste allemand Moritz Mohr, lequel dirige ici l’acteur Bill Skarsgård, que l’on voit décidément partout ! En effet, avant de le retrouver l’année prochaine dans la série "Welcome to Derry" dérivée des films "Ça" (2017, 2019) d’Andy Muschietti (d’après le roman "Ça" de Stephen King publié en 1986) et dans le tant attendu remake de "Nosferatu" de FW Murnau (1922) par l’incroyable Robert Eggers, dans la peau du Comte Orlok (basé sur le roman "Dracula" de Bram Stoker de 1897), on le retrouvera fin août dans "The Crow" de Rupert Sanders, d’après la série de comics (1989) du même nom, alors créée par James O’Barr, après la première adaptation d’Alex Proyas, en 1994, au cours de laquelle son acteur principal, Brandon Lee, est décédé. En attendant, Skarsgård a donc trouvé de temps de tourner en Afrique du Sud ce thriller dystopique déluré, ultra violent, et à la sauce "Hunger Games"...

Coproduit par Sam Raimi, le film met en scène Boy, un jeune homme sourd-muet cherchant à se venger de la matriarche de la famille Van Der Koy, Hilda (Famke Janssen), dirigeant la ville de manière totalitaire, avec répression et peur. En effet, celle-ci a assassiné sa petite sœur devant ses yeux, alors qu’ils n’étaient qu’enfants. Entraîné pour cela en arts martiaux par un mystérieux shaman réprimant ses souvenirs d’enfance, Boy hallucine encore de sa petite sœur dans ses moments de faiblesse, laquelle lui parle, en plus de se parler à lui-même avec une voix intérieure issue d’un jeu d’arcade auquel ils jouaient ensemble. Or, s’il parvenait à arrêter Hilda, Boy pourrait, par la même occasion, mettre un terme à l’Abattage /The Culling, qu’elle organise une fois l’année, soit un jeu télévisé pour lequel elle rassemble, avec l’aide de ses sbires, douze habitants de la ville, afin qu’ils s’y fassent tuer en direct, laquelle souhaite, en effet, nettoyer les rues de ses opposants et criminels, et mettre la main sur le chaman, qu’elle cherche sans relâche...

Alors qu’un jeu vidéo "Super Dragon Punch Force 3" dérivé du film a déjà vu le jour, et qu’une série animée est en développement, "Boy Kills World" est un film d’action et de science-fiction inspiré par les récents films de vengeance, dans lequel Bill Skarsgård donne tout. La caméra de Moritz Mohr, elle, se veut virevoltante, et épouse les chorégraphies de combat à la "Street Fighter" et "Mortal Combat", lesquelles partent dans tous les sens, tandis que certaines sont filmées à l’aide de drones. Extrême et d’une efficacité sans bornes, "Boy Kills World" n’y va donc pas de main morte en matière de violence, puisque plusieurs litres de faux sang jaillissent à l’écran, tandis que de nombreux os y sont brisés, des corps mutilés, ou même râpés. Et aussi bien les armes blanches qu’à feu sont ici utilisées, de même que les coups portants. À vrai dire, tous les coups sont d’ailleurs ici permis, et sans limites quant au déchaînement de Boy, campé par un acteur qui, à l’écran, ne prononce aucun mot. Car oui, le personnage de Bill Skarsgård lit ici sur les lèvres, et pense sans cesse, tout en agissant avec détermination, même si les visions de sa petite sœur viennent lui rappeler se calmer... Car sa seule raison de vivre est bien sa vengeance, via l’aide d’un shaman dévoué, ayant fait de lui une machine de guerre à toute épreuve.

Alors qu’il nous rappelle le film "Gunpowder Milkshake" (2021) du cinéaste israélien Navot Papushado, ou encore "The Raid" (Gareth Evans, 2012) - l’acteur Yayan Ruhian y campe d’ailleurs ici le Shaman -, "Boy Kills World" finit cependant par lasser, étant donné une surenchère de gore débridé, d’humour absurde, et d’action carabinée. Mais ce dernier parvient tout de même à s’apprécier pour le retournement de situation qu’il met en place, distillé ici et là par quelques hallucinations (dues à du LSD), et révélant des horreurs bien plus terribles encore que celles montrées artificiellement à l’écran, dont, notamment, de la torture psychologique. Quant aux seconds rôles, fun et haut en couleur, ils animent également l’ensemble, et rythment le parcours du héros mutique de Bill Skarsgård. Pourtant, sa folie meurtrière et mutique suffisait à elle seule pour se faire entendre. Bref, c’est un trip assumé, musclé, sanguinolent et amusant, jusqu’à l’écœurement...



Au hasard...

Hérédité
le 27 juin 2018
Tremblements / Temblores
le 10 juin 2019
The Deep House
le 7 juillet 2021
Les Traducteurs
le 8 mai 2020
L’amour est une fête
le 22 septembre 2018
Burning
le 5 septembre 2018
L’Amour c’est Mieux que la Vie
le 23 janvier 2022
La Nonne 2 : la Malédiction de Sainte Lucie (The Nun II)
le 16 septembre 2023
Coexister
le 22 octobre 2017
The Flash
le 19 juin 2023
Renfield
le 13 mai 2023
Diane a Les Épaules
le 27 décembre 2017
Sherlock Gnomes
le 22 avril 2018
La Promesse de l’Aube
le 6 janvier 2018
The Rhythm Section / Le Rythme de la Vengeance
le 17 avril 2020
Mon Crime
le 15 mars 2023
Ami-Ami
le 24 janvier 2018
Tout nous sépare
le 22 novembre 2017
YAO
le 24 mars 2019
Un Divan à Tunis / Arab Blues
le 17 février 2020
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4